overcast, rain
Th 18.4.
8/11°
overcast
Fr 19.4.
6/12°
overcast, rain
Sa 20.4.
4/11°

Hradčany, le Couvent de Strahov, Petřín et Malá Strana

Hradčany

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

A l´ouest du Château de Prague s´étend la partie de Prague appelée Hradčany. Ce territoire fut peuplé dès le 3ème millénaire précédant notre ère presque sans interruption, bien que la ville médiévale n’y apparaisse que vers 1320 et qu’elle n’ait obtenu de droits municipaux que vers 1598. Son centre est formé de la place de Hradčanská, ouverte vers l´entrée principale du Château de Prague – dans la Première Cour. C´est pourquoi la place est ornée de Palais splendides, par ex. le Palais Lobkovitz Renaissance (plus tard appelé Schwarzenberský), décoré de sgraffites (1545–1563), où se trouve l´exposition du Musée militaire.

Sur le côté avant rococo du Palais de l´Archevêché se trouve une porte qui donne vers le Palais Šternberk qui propose une partie très précieuse des collections de la Galerie Nationale, destinée ici à l´art ancien européen.

Outre les Palais représentatifs de la noblesse et leurs jardins luxueux (comme par ex. le jardin du Palais Černínský), ce sont aussi de nombreuses églises qui dominent Hradčany, par ex. la vaste Lorette de K. I. Diezenhofer (de 1722).

Néanmoins, Hradčany ne fut jamais une ville typique. Les maisons bourgeoises réduites du 14 ème siècle se blottissent dans l´ombre des palais, surtout dans le Nouveau Monde. A présent, elles ont en majorité des façades Renaissance ou du premier baroque. Avec leur charme poétique, elles forment un anti-pôle humanisé à la monumentalité majestueuse des palais.

le Couvent de Strahov

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Au sud de Hradčany se trouve le Couvent des Prémontrés de Strahov fondé au milieu du 12ème siècle. Il fut plusieurs fois reconstruit et complété. Son allure baroque s´impose le plus expressivement, mais l´Eglise Saint Roch de l´époque Rodolphe est aussi remarquable et les murs romans des bâtiment du couvent prouvent le caractère compliqué du développement de la construction de cette aire. Les édifices étendus servent aujourd´hui non seulement au Couvent des Prémontrés mais aussi au Monument des lettres nationales et à la riche Galerie de peinture de Strahov. La bibliothèque y est particulièrement remarquable, elle comprend 130 000 livres, 2 500 manuscrits dont le plus ancien date du 9ème siècle, environ 1500 incunables puis l´héritage de 1 200 écrivains tchèques. Cette richesse est complétée par les armoires baroques de la bibliothèque et la décoration baroque originelle des salles : la Salle Théologique (1679) et la Salle de Philosophie (1784).

Petřín

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Strahov forme déjà une partie des Parcs de Petřín qui représentent le reste de la réserve de chasse d’origine. A partir du 12ème siècle, elle fut remplacée par des vignes et des jardins. A présent, un chemin passe à travers Petřín, offrant une vue panoramique de 2 kilomètres qui vous fait connaître les curiosités locales comme par ex. le Belvédère de Petřín, haut de 60 m, une imitation de la Tour Eiffel de Paris, le Labyrinthe des miroirs très bizarre qui fut créé ainsi que le Belvédère à l´occasion de l´Exposition jubilaire de 1891. A Petřín, il y a aussi une dizaine de sculptures ou de groupes de statues et un funiculaire.

Malá strana

Petřín et le Château de Prague encerclent, au-dessous, le quartier de Malá Strana appelé auparavant Plus Petite Ville et encore avant La Nouvelle ville. Une colonie de marchands y vivait au 8ème siècle, mais quand le prince Břetislav expulsa les habitants juifs de cette colonie vers l´autre rive de la rivière Vltava au 11ème siècle, Malá Strana devint une ville résidentielle de la noblesse tchèque ainsi que des ministres plénipotentiaires des souverains voisins. Beaucoup de missions diplomatiques y ont leur siège de nos jours.

Malá Strana obtint les droits municipaux de Přemysl Otakar II en 1257. A cette époque-là, son centre se trouvait à la place Malostranské avec l´Eglise Saint Nicolas reconstruite plus tard par Kryštof et Kilián Ignác Diezenhofer (1704 –1752). Saint Nicolas, avec le Collège de Jésuites attenant, représente la construction religieuse la plus monumentale et la plus typique du baroque pragois.

A l´origine temple protestant de la Sainte Trinité, après le soulèvement perdu et être passé aux mains des catholiques, elle fut consacrée à la Sainte Vierge triomphante et fut la première église baroque à Prague. A partir de 1628, elle devint la demeure de l’enfant Jésus miraculeux.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

L´église Saint Thomas des augustins cache un trésor baroque. Son autel fut commandé chez Paul Rubens en 1636. On peut l´admirer jusqu´à aujourd´hui. La grande envergure des nombreux palais baroques (par ex. le palais Thunovský dans la rue Neruda, de J. Santini, 1720) et le charme des jardins baroques (par ex. le jardin Vrtbovská avec des sculptures de M. B. Braun de 1730 ou le jardin Ledeburská de J. Santini, 1720) suivent l´exemple du Palais Albrecht de Wallenstein (1624 – 1630) [35], qui utilisa les biens protestants confisqués pendant la période postérieure à la bataille de la Montagne Blanche et construisit sa splendide résidence sur l’emplacement de 22 maisons, une tuilerie et plusieurs jardins. Aujourd´hui, elle est partiellement utilisée par la Chambre Haute de notre Parlement. C´est le célèbre Adrien de Vries (1626–27) qui décora le jardin magnifique de Valdštejn de sculptures de bronze, mais aujourd´hui on n’y trouve que leurs copies. En 1648, les Suédois volèrent les originaux et ils se trouvent de nos jours à Drottningholm.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Avant Albrecht de Wallenstein, les résidences nobles de cette partie de Prague furent beaucoup plus modestes mais non moins majestueuses comme le prouve par ex. le Palais Smiřický sur la place Malostranská, bien que sa façade fut partiellement modifiée après 1763. A ce propos, c´est de là que le 23 mai 1618, un groupe de seigneurs tchèques, irrités par la violation incessante des libertés religieuses et des droits des protestants tchèques, partit au Château et manifesta sa colère par la défénestration des employés indignes. Cette défénestration, la troisième dans notre histoire, provoqua non seulement le soulèvement des nobles mais aussi la Guerre de Trente Ans. A coté du Palais Smiřický se trouve le Palais Šternberk où se déclara un horrible incendie en 1541, qui abîma sensiblement Malá Strana et le Château de Prague.

Parmi les édifices les plus anciens de Malá Strana, l´Eglise De la Sainte Vierge sous la Chaîne, de 1169, semble le plus impressionnant. Son entrée gothique avec des tours fut construite devant les ruines des murs romans derrière lesquels se situe le presbytère reconstruit en style baroque. Les Johannites, appelés après 1530 les Chevaliers de Malte, durent protéger le pont de pierre.