overcast, rain
Th 20.6.
8/11°
overcast
Fr 21.6.
6/12°
overcast, rain
Sa 22.6.
4/11°

La cathedrale saint Guy

Le vrai coeur de l´Etat tchèque et le lieu le plus sacré pour chaque tchèque se trouve au centre de la cour principale, la Troisième Cour, là où était autrefois située la rotonde Saint Guy, fondée par Venceslas en 925, et plus tard une basilique romane (après 1059). A cet endroit se trouve maintenant la Cathédrale Saint Guy qui comprend la chapelle Saint Venceslas. Elle représente non seulement l’église métropolitaine des archevêques de Prague, mais c´est aussi l’église du couronnement et des sépultures des rois tchèques.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

C´est dans la chapelle Saint Venceslas que repose le corps de ce souverain éternel et protecteur de notre pays et où les joyaux de la couronne sont déposés dans la chambre de la couronne. La chapelle Saint Venceslas, construite à l´époque de Charles IV par Pierre Parléř (terminée vers 1367), montre l´importance de cet endroit. A vrai dire, son plan quadrangulaire perturbe le schéma du plan de la cathédrale qui était habituel à l´époque, parce qu’il n´était pas possible déplacer la tombe sacrée du patron principal du pays, mais au contraire, Charles IV voulut la souligner. Les murs de la chapelle Saint Venceslas sont couverts de pierres fines polies et de fresques dont une partie, décrivant la légende de Saint Venceslas, date du 16ème siècle, mais la statue de pierre de Saint Venceslas, haute de deux mètres (terminée en 1373) et les fresques décrivant la Passion du Christ et les portraits de Charles IV et de sa quatrième femme Elise Pomořanská remontent à l´époque de Charles IV ainsi que la voûte étoilée de la chapelle, tout à fait extraordinaire. Le reste est de style Renaissance, à l’exception d’un lustre néo-gothique doré et du tombeau de l´autel de Saint Venceslas, datant de 1913.

Le côté sud est dominé par la Grande Tour Sud couronnée par un pourtour Renaissance et une coupole baroque en forme d´oignon. Cependant, le noyau est du style typique de Parléř ainsi que l´escalier fuselé contigu, une merveille technique de l´époque. Son axe est coudé trois fois dans des directions différentes et toute sa conception donne une impression extraordinairement allégée, car l´aire latérale externe est formée d´un filet d’ogives décoratif. Cet escalier fut peut-être construit par Pierre Parléř († 1399) ou par ses fils et successeurs Jean et Venceslas. Une horloge Renaissance de la fin du 16ème siècle se trouve dans la Grande Tour ainsi qu´une grille à la fenêtre dorée, un don de Rodolphe II, derrière laquelle se situe la plus grande cloche de la région – Sigismond, pesant 16 tonnes, de Thomas Jaroš et datant de 1549.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Entre la Grande Tour et la Chapelle Saint Venceslas, il y a La Porte d´Or, l’entrée monumentale dans la cathédrale. Son vestibule est voûté d´une manière incroyablement compliquée et utilise aussi des ogives libres, c´est-à-dire des culées de construction conduites librement dans l´espace. Bien que cette porte soit une oeuvre des années 60 du 14ème siècle, elle anticipe des modes de travail utilisés cent ans plus tard. La paroi de la face extérieure de la Porte d´Or est décorée d´une mosaïque murale de l´époque de Charles IV qui y est représenté avec sa quatrième femme, Elise Pomořanská. Elle fut réalisée par des mosaïstes vénitiens d´après les modèles des peintres tchèques en 1371. C’est la plus grande et la plus ancienne mosaïque externe au nord des Alpes jusqu´à nos jours.

Outre la Chapelle Saint Venceslas et la Porte d´Or avec la Tour Sud, Pierre Parléř termina son atelier et le presbytère de la cathédrale jusqu´à la Vieille Sacristie dont le plafond est une voûte audacieuse contenant une clé de voûte suspendue, ce qui représentait en ce temps-là (1356) un exploit technique.

La voûte du presbytère réalisée par Pierre Parléř est une des plus anciennes voûtes en réseau d’Europe (terminée en 1385). A la deuxième moitié du 14ème siècle, dans la forge de la cathédrale de Prague, apparut la morphologie architectonique en gothique tardif, qui fut développée 50 ou 100 ans plus tard dans toute l´Europe centrale.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Le monument funéraire de Přemysl Otakar II, avec les cinq autres pierres tombales des souverains Přemyslides et de l´évêque Jean Očko de Vlašim, orne le rezde- chaussée des chapelles du presbytère. Elles furent créées par l´atelier de Pierre Parléř dans les années 70 du 14ème siècle.

Les bustes du triforium inférieur (par ex., l´autoportrait de Pierre Parléř) sont une rareté en ce genre, non seulement grâce à la qualité de la réalisation et au caractère de son influence, mais aussi grâce au thème, parce qu´elles représentent les membres de la famille régnante et les princes de l´Eglise, mais aussi les deux architectes de la cathédrale (Mathias d´Arras et Pierre Parléř) avec cinq chefs constructeurs. Cette appréciation propre des auteurs n´était pas très courante au moyen âge et elle réfléchit le caractère antérieur de la renaissance de la cour de Charles IV. Malheureusement, plusieurs statues ont des nez cassés. En 1619, les fanatiques protestants qui accompagnèrent Fridrich Falcký à son couronnement essayèrent de les abîmer.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Dans les chapelles particulières du presbytère, il y a une partie de la décoration de peinture originale en bon état – la peinture murale gothique de la 2ème moitié du 14ème siècle : dans la Chapelle Saine Croix (la Madone sur un trône parmi les anges, les saints et les mécènes), dans la Chapelle Vladislas (la douleur du Christ, La décapitation de Sainte-Catherine, Saint- Adalbert, Le Baptême de Sainte Othilie et deux portraits du commandeur à genoux – l´archevêque Jean Očko de Vlašim) et dans la Chapelle Saxonne (Adoration des Rois Mages).

Le sous-sol de la cathédrale contient les restes des plus anciennes constructions (les restes de la crypte Cosmas et Damien, à l´est, du 11ème siècle et les ruines des murs de l´abside sud et nord de la rotonde Saint Guy, fondée par Saint Venceslas en 925) ainsi qu´une partie des sépultures des rois tchèques et de leurs femmes. Les sépultures des rois apparurent vers la fin du 16ème siècle quand elles furent encastrées dans les ruines des bâtiments romans du chapitre Saint Guy. Leur forme actuelle est le résultat des modifications réalisées par K. Roškot (1928–35) : le lieu le plus important est consacré à Charles IV († 1378), mais il y a aussi le tombeau de son fils Venceslas IV († 1419) et de sa femme Jeanne de Bavière, puis des rois comme par ex. Ladislav Pohrobek († 1457), Georges de Poděbrady († 1471) et Rodolphe II († 1612), qui est logé dans son cercueil original d´étain richement décoré.

Après la mort du génial constructeur Pierre Parléř (1399), la construction continua probablement plus lentement et quand les guerres hussites éclatèrent (1420), elle fut complètement arrêtée. La cathédrale ne fut complétée que les siècles suivants. Par exemple, H. Spiess construisit l´Oratoire Royal en gothique tardif pour les Jagellons (1493).

A l´époque des Habsbourgs, le Mausolée Royal Renaissance avec les tombes de Ferdinand I, Anne et Maximilien II, fut créé par un sculpteur néerlandais, Alexandre Collin (1564 –1589). Le baroque est par ex. à l’origine, dans la cathédrale, du tombeau d´argent de Jean de Népomucène (1733–36), proposé par J. E. Fischer et réalisé par l´orfèvre Joseph Wuerth. A l´époque de Marie-Thérèse, les sculptures allégoriques et les anges furent ajoutés (1746). La cathédrale a été en construction jusqu´au 20ème siècle. La dernière étape de la construction fut dirigée par Joseph Mocker (jusqu´en 1899) et ensuite par Kamil Hilbert. La décoration de la cathédrale offrit une occasion aux artistes modernes tchèques. Le tombeau du cardinal B. Schwarzenberk (1892–1895), une oeuvre de Myslbek, est renommée et son auteur obtint une récompense mondiale à Paris en 1900. Parmi les oeuvres modernes, notre attention sera sans doute retenue par l´autel du sculpteur F. Bílek (1899 et 1927) dans le style Art nouveau symboliste ou par les vitrages des fenêtres.