overcast, rain
Fr 23.8.
8/11°
overcast
Sa 24.8.
6/12°
overcast, rain
Su 25.8.
4/11°

La Vieille Ville et le Gheto juif

La Vieille ville est la plus grande et la plus riche ville de Prague. Sa naissance est liée au commerce international qui y existait au moins depuis le 9ème siècle. L´admiration d´un marchand arabe, Ibrahim Ibn Jakob (en 965), provient probablement juste de cette partie de Prague. A cette époquelà, le centre était situé tout près de la rivière, à la place de l´ancien gué, peutêtre au bord de la colonie juive, là où se trouve aujourd´hui la Place Palach du Pont Mánes. Au 11ème siècle, le centre fut déplacé plus au sud et il y est resté jusqu´à présent - à la Place de la Vieille ville. Le Prague médiéval était un centre cosmopolite. Au nord et au nord-est de la place siégeaient les marchands allemands, au sud et au sud-est les marchands des pays romans, à l´est de la place vivaient les Tchèques et au nordouest les Juifs.

Le long des routes principales de la Vieille ville se sont conservées les plus anciennes maisons urbaines romanes en pierre, ce qui est absolument unique en Europe centrale. On en compte plus de 70 aujourd´hui (par ex. la maison des Seigneurs de Kunštát qui est une des plus connues). Leur rezde- chaussée survécurent jusqu´à nos jours grâce à l´élévation du terrain artificiel de 7 mètres, dû à la construction des barrages sur la rivière Vltava (au 13ème siècle) pour pouvoir débarder du bois sur les radeaux de la Šumava.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Sur la Place de la Vieille ville, là où passe le méridien de Prague, il y avait une Colonne de Marie (1680) qui servait aussi de gnomon au cadran solaire. Elle fut détruite pendant la proclamation de la république en 1918. A cette époque-là, il y avait déjà le monument de Maître Jean Hus, fondateur de la Réforme tchèque, créé par le sculpteur art nouveau Ladislav Šaloun (1915). A son côté se tient une des plus belles constructions rococo pragoises – le Palais Golz-Kinski de A. Lurago, des années 1755–56, construit suivant le projet de K. I. Dienzenhofer. Aujourd´hui s’y trouvent des collections d´art graphique de la Galerie Nationale.

A côté de la Maison A La Cloche (dům U Zvonu), romane en pierre, qui fut reconstruite dans le style gothique et où séjournèrent plusieurs souverains médiévaux, se trouve l´édifice pittoresque de l´Ecole Týnská avec une tonnelle du 13ème siècle. Derrière elle se dresse l´Eglise principale de la ville, la Sainte Vierge devant Týn, dont une partie remarquable fut réalisée par l´atelier de Pierre Parléř au 14ème siècle. Bien qu´elle soit devenue le centre de la foi des utraquistes, il y a une décoration sculpturale médiévale absolument extraordinaire. On y trouve aussi le tombeau de Tycho de Brahe, astronome de Rodolphe II, et plusieurs peintures.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

Le bâtiment de Ungelt qui est situé derrière l´Eglise de Týn servit dès le 11ème siècle de douane ainsi que de centre du commerce de notre nation. Quand au 16ème siècle, l’obligation de déposer la marchandise dans cette place disparut, Ferdinand I le donna au citadin Jacques Granovský, qui l’a reconstruit vers 1560 en palais municipal Renaissance. Sur le côté ouest de la Place de la vieille Ville se trouve ce qui reste de l´Hôtel de ville avec une chapelle et un beffroi du 14ème siècle. Devant l´Hôtel de ville, dans le pavage de la Place de la Vieille ville, on peut voir des croix qui nous rappellent l´exécution des 27 guides du soulèvement tragique des nobles des années 1618–21. L´édifice à proprement parler de l´autonomie communale de la vieille Ville est représenté par un groupe de plusieurs maisons municipales réunies, que la ville rattacha l´une à l´autre dès 1338 quand elle obtint le droit de construire son hôtel de ville.

Du côté sud, la façade de l´Hôtel de ville est décorée par l’Horloge qui fonctionne encore aujourd´hui. Elle fut produite par Nicolas de Kadaň en 1490 et plus tard perfectionnée par maître Hanuš. Ensuite, elle fut plusieurs fois réparée. En 1864, Joseph Mánes, l´artiste le plus fameux de la renaissance nationale tchèque, réalisa la plaque du calendrier de cette Horloge.

La maison U minuty dans le style Renaissance, qui fait l´angle, est décorée de sgraffites et documente la forme de la renaissance municipale de l´époque Rodolphe, typique en ce lieu.

La partie néo-gothique de l´Hôtel de ville fut démolie par l´armée allemande pendant la Révolution de mai 1945. La vue sur l´Eglise Saint Nicolas construite par K. I. Dienzenhofer (1732-35) fut ouverte.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

L´ancien ghetto juif, qui fut démoli après 1896, laissa entre autre la Vieille Nouvelle Synagogue du 13ème siècle, la plus ancienne synagogue conservée en Europe centrale et le Cimetière juif, tout à fait extraordinaire, utilisé à partir du 15ème siècle jusqu´au 18ème siècle. Parmi les 20 000 pierres tombales qu´on peut y voir, il y a aussi la tombe du fameux rabbin Löwi qui, selon la légende, fabriqua le Golem mythique, un homme artificiel, à l´époque de Rodolphe. Les riches collections du Musée juif documentent les péripéties de la destinée de la nation élue de Dieu, dans notre pays.

La plupart du quartier juif a cédé à l´édification dans le style art nouveau. Citons surtout la rue Pařížská qui devint une manifestation de ce nouveau style.

Le Rudolphinum], ouvert en l´honneur de la visite du prince royal Rodolphe, le fils malheureux de l´empereur François Joseph, est un sanctuaire de la musique et des arts plastiques depuis 1883. Cet édifice fut construit par Joseph Zítek et Joseph Schulz, les architectes en chef du Théâtre National.

Le couvent de la Vieille ville le plus célèbre, le Couvent Agnès dans le quartier de František, fut fondé par Agnès Přemyslide en 1234 pour des franciscains et des clarisses. Actuellement, c´est le siège de la Collection des arts du Moyen âge de la Galerie Nationale.

La maison Štorch, décorée des fresques de Mikoláš Aleš dans le style combinant art nouveau et tradition néo- Renaissance de la renaissance nationale, se trouve à la limite de la Place de la Vieille ville et de la rue Celetná. Au milieu de la rue Celetná, au coin du Marché aux fruits, s´étend majestueusement le joyau de l´architecture moderne – la maison cubiste Chez la Mère de Dieu Noire, l´oeuvre de Joseph Gočár (1909 –1911), avec des salles d´exposition remarquables.

Le Marché aux fruits est dominé par l´édifice de la période classique du Théâtre des Etats – Stavovské divadlo, qui fut entre autre témoin de la première de Don Giovanni, l´opéra fameux de Mozart (1787). Le Carolinum forme un complexe hétérogène de bâtiments universitaires qui s´étend jusqu´à la rue Celetná. Leur façade date principalement de la période baroque ou du 19ème siècle mais beaucoup d´intérieurs abritent des éléments de style gothique. Le coeur de tout ce pâté de bâtiments est représenté par la maison Rothlév que Venceslas IV donna en 1383 à l´Université. Dès 1611, on y trouve le siège du rectorat de l´Université. L’hétérogénéité de cet organisme ne fut pas détruite par les reconstructions les plus récentes. L´université de Prague, la plus ancienne en Europe centrale, fut fondée par Charles IV en 1348.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

La rue Celetná aboutit vers la Porte Prašná en gothique tardif de M. Rejsek (après 1475) avec laquelle les Jagellons voulaient manifester leurs ambitions comparables à la dynastie des Luxembourg. Auparavant, La Cour Royale était attenante à la Porte Prašná. C´était la résidence privée préférée des monarques tchèques, mais elle ne se conserva pas parce qu´elle fut transformée en Maison municipale. C´est le Palais le plus représentatif de l’art nouveau pragois qui fut construit par Ant. Balšánek et Osv. Polívka (1906 –1911) ; le peintre Jean Preissler et les sculpteurs St. Sucharda et L. Šaloun participèrent à ses décorations. C´est un centre culturel qui attire l´attention du public surtout avec ses expositions.

Par la partie ouest et sud-ouest de la Vieille ville passait le Chemin du couronnement des rois tchèques, qui reliait Vyšehrad au Château de Prague. Le long de ce chemin, on trouve beaucoup de joyaux architectoniques, par ex. la rotonde de la Sainte Croix romane du 11ème siècle.

La chapelle de Bethléem, où prêchait le réformateur maître Jean Hus, fut reconstruite dans les années 1950–53 suivant l´aspect original de 1391 de la chapelle, qui fut démolie en 1786.

Près de la place Křížovnické et depuis 1556, le collège de jésuites se tint et s’agrandit surtout après la Guerre de Trente Ans pour devenir un site important. On le nomme Klementinum selon l´église Saint Clément. Les intérieurs des églises, la Chapelle des miroirs (1724) ou la Salle de la Bibliothèque et des Mathématiques (1727–30), aménagés dans le style baroque, peuvent illustrer le développement de l´art baroque en Bohême. En plus, Klementinum servait aussi de bibliothèque universitaire. La Bibliothèque Nationale suit cette tradition. Elle compte presque 6 millions de volumes, avec 80 000 nouveaux par an, ainsi que beaucoup de manuscrits médiévaux excellents.

,  Libor Sváček, archiv Vydavatelství MCU s.r.o.

L´église du Saint Sauveur et la Chapelle Vlašská forment une composante du Klementinum. C´est l’église européenne la plus ancienne construite sur un plan elliptique. Elle date des années 1590–97, mais il n´est pas possible d´identifier avec certitude son auteur. Ce dont rêvaient les architectes en Italie fut réalisé à la cour Rodolphe II par leurs collègues italiens.

La ville Havel fut fondée par Venceslas I dans les années 1232–34. Cela devait être un nouveau marché isolé mais ses privilèges s´étendirent bientôt jusqu´aux habitations anciennes. La ville Havel devint le marché principal de la ville (du Marché au charbon jusqu´au Marché aux fruits) et fonctionne sur ce mode jusqu’à présent. A l´époque de Charles IV, on construisit dans ce quartier une basilique gigantesque qui servit comme une zone de commerce médiévale. La rue V Kotcích, bordée de son côté par des arcades gothiques, représente les restes de la nef moyenne de la basilique. On y trouve un marché permanent aujourd´hui.